Le mouvement de prière se répand dans toute la Suisse

Le mouvement de prière « Moms in Prayer » (MIP) Suisse couvre depuis peu chaque canton de la Suisse avec un groupe de prière. L’objectif des mamans qui prient pour leurs enfants, les enseignants et les écoles est, qu’avec le temps, il y ait un groupe de prière pour chaque école. Livenet a parlé de l’effet du plus grand mouvement de prière de la Suisse avec la porte-parole de MIP, Susanne Täubert.

Susanne Täubert, l’année passée, « Moms in Prayer » célébrait ses 25 ans. Comment le travail de MIP a-t-il évolué tout au long de ces années ?

Susanne Täubert : 

Il y a 25 ans, MIP a débuté en Suisse avec une maman qui a amené l’idée depuis les États-Unis en Suisse et qui a fondé avec d’autres mamans un groupe de prière. Aux États-Unis, MIP a débuté dix ans auparavant déjà et se répandait comme un mouvement global sur tous les continents. La Suisse a été le premier pays d’Europe à avoir des groupes MIP. Les dernières années ont donc avant tout été marquée par la croissance. Avec nos 1500 groupes de prière, nous couvrons chaque canton et sommes, de ce fait, encore toujours à la tête de l’Europe – même si l’on constate avec joie que toujours plus de pays nous rejoignent.

Les rencontres de prière hebdomadaires constituent encore toujours l’occupation principale de Moms in Prayer, durant lesquelles les mamans se retrouvent en groupe chez quelqu’un. De plus, des conférences dans toute la Suisse s’y sont ajoutées, comme notre fête de jubilé l’année dernière avec environ 1600 femmes, des rencontres de partage régionales régulières, lors desquelles nous racontons nos exaucements de prière et où nous nous encourageons mutuellement, ou des formations de leadership pour nos responsables. Nous avons également souvent des demandes de la part d’églises ou d’organisations chrétiennes pour des workshops ou des messages, lors desquels nous expliquons nos méthodes de prière.

Y a-t-il des défis qui ont augmenté au fil des derniers mois ou des dernières années ?

Nous constatons que les jeunes mamans retournent plus vite dans l’activité professionnelle et qu’elles ont, de ce fait, moins de temps pour la prière. Les temps de prière doivent donc être planifiés en dehors du temps de travail ou être adaptés au travail à temps partiel qui est de plus en plus populaire.

De plus, nous aimerions de plus en plus atteindre les jeunes mamans par voie numérique. Le but de nos différents canaux sur les médias sociaux est de porter nos enfants également dans la vie stressante de tous les jours par la prière – avec des versets bibliques pour la prière sur Instagram ou des messages inspirants sur YouTube.

Y a-t-il de nouveaux projets qui sont en vue ?

Ces derniers temps, nous avons beaucoup travaillé à notre apparition. Afin d’être perçus dans le monde numérique, une apparition attrayante est importante. En plus de l’amplification des activités sur les médias sociaux, nous avons un nouveau logo du mouvement mondial, un concept de couleurs plus moderne ainsi qu’un site internet de MIP Suisse plus attrayant, qui vient d’avoir été mis en ligne. Ce genre de petits changements aident à s’identifier et à être motivés pour ce mouvement, à persister dans la prière précieuse pour nos enfants et nos écoles.


En 2018, vous disiez que vous rêvez que chaque école en Suisse et en Europe et dans le monde entier ait un groupe MIP. Qu’est-ce qui a pu être atteint ces derniers mois à ce sujet ?

C’est la grande vision mondiale de Moms in Prayer International et ça nous motive chaque jour d’avancer dans cette direction. À présent, en Suisse, tous les cantons sont couverts – c’est déjà un important et grand pas. Que chaque école reçoive un groupe de prière reste notre objectif, nous n’y sommes pas encore pour le moment. La Suisse compte plus de 10'000 écoles ; avec nos 1500 groupes, nous en couvrons déjà une partie importante. Nous nous réjouissons de voir comment les 25 prochaines années vont se développer – nous avons un grand Dieu, tout lui est possible. Aujourd’hui, nous avons plus de 5300 mamans qui prient dans nos groupes et il y en a toujours à nouveau qui s’y ajoutent.

Entre-temps, il existe également des groupes pour les grands-mamans, qui prient pour leurs petits-enfants. Nous ouvrons l’éventail – lorsque nos enfants quittent l’école obligatoire, la prière pour eux ne s’arrête pas, nous sommes mamans pour la vie entière et avons donc toujours des sujets de prière envers nos enfants.

Qu’est-ce qui vous touche particulièrement à votre travail ?

Notre prière a un effet incroyablement grand. Ce sont tant de bénédictions qui sont déversées sur les enfants, parce que Dieu fait vraiment de grandes choses. Nous observons toujours à nouveau des exaucements de prière très concrets. Cela peuvent être de petites ou de grandes choses. Dieu est très créatif et souvent nous sommes simplement époustouflées de voir comme il agit, ce qui fortifie énormément notre foi.

À ceci s’ajoutent les précieuses amitiés avec d’autres mamans qui se créent par la prière dans les groupes.

Pouvez-vous nous raconter une-deux histoires au travers desquelles quelqu’un a vécu quelque chose de particulier avec Dieu par MIP ?

Nous entendons beaucoup d’histoires en lien avec la recherche de places d’apprentissage. J’ai vécu par exemple dans notre groupe MIP que le fils d’une amie de prière recherchait une place d’apprentissage encore au mois de juin, alors que ses camarades de classe avaient déjà signé leur contrat depuis longtemps. Avec le temps, la pression devenait toujours plus grande et une dixième année, qu’il voulait à tout prix éviter, approchait de plus en plus. Nous avons persévéré dans la prière et encore durant le mois de juin elle nous a raconté pleine de joie et soulagée qu’il avait reçu une réponse favorable. Quelques semaines plus tard, il commençait son apprentissage rempli de joie dans une super entreprise.

Nous avons toujours à nouveau vécu des hauts rapides, mais souvent nous devions persévérer longtemps – mais Dieu n’agit jamais trop tard.

Nous avons appris avec effroi qu’un enfant de 1 an et demi était sourd. Il bougeait à peine et ne pouvait pas encore marcher. L’image qui se dessinait était terne. Avec ce diagnostic, les médecins pronostiquaient un grand danger de dépression et de suicide. La maman MIP est restée fidèle dans la prière pour lui durant toutes ces années. Les pronostics ne se sont pas manifestés ; malgré un handicap de l’audition, le jeune garçon a gardé sa joie de vivre. Il regarde en avant en étant un étudiant extraordinairement joyeux et positif.

Que vous souhaitez-vous pour les prochaines années chez MIP ?

Pour l’avenir, nous nous souhaitons encore une plus grande croissance de nouveaux groupes MIP dans chaque canton. Que chaque maman chrétienne réalise combien la prière est importante pour ses enfants, les enseignants et les écoles et qu’elle peut influencer beaucoup de choses avec Dieu à ses côtés. En particulier en Romandie et au Tessin, tout comme en Suisse centrale, nous aimerions exploiter encore plus notre potentiel. Le grand objectif reste : Que chaque école en Suisse soit bénie par un groupe de prière MIP.

 

 

© 2019, Moms in Prayer International (MIP) Suisse  ·   Mentions légales   ·   Protection des Données